Le nouveau calvaire des chrétiens d’Irak

Alexandre Duyck

Avec l’offensive djihadiste dans le nord du pays, cette minorité, passée de 1 million de membres à 400.000 en vingt ans, a le choix entre la conversion, l’exil ou la mort.
Rencontre à Bagdad avec une communauté persécutée et livrée à son sort.


Magazine : Le journal du dimanche / International

jdd logo

Parution : 27 juillet 2014


Extrait

Le père Mansour, né Vincent Van Vossel, aime le désert. L’immensité de sable et de cailloux procure au vieil homme l’apaisante sensation de « toucher à l’infinitude ». Il dit ne plus se souvenir de son année de naissance, « cela fait si longtemps, trop longtemps »... Il doit êtrenéilyaprès de quatre-vingts ans, en Belgique assurément, loin de l’Irak, que le prêtre a rejoint il y a un demi-siècle. Sa silhouette est maigre, sa voix faible et épuisée, il est de ces vieux hommes érudits et fragiles que l’on voudrait soutenir par le bras, protéger des affres de la vieillesse et des dangers mortels qu’il encourt.